Tûût !

Le lion et la souris

Ramdam à bord du train, évacuation d’armoires par les fenêtres (faut quand même pas déconner), Fisc, Artaga, Agessa, Sofia et Scam balancés sur le quai, ça allège un chouïa.

En parallèle, quelques copains me racontent leurs démêlés avec l’Urssaf, autre grosse machine à problèmes, qui, quand elle s’enclenche dans une mauvaise direction (doublons de comptes, dans ce cas précis), reste bornée au point de mettre en danger des sociétés entières, du patron aux employés, en demandant le double de ce qu’on lui doit, et en réclamant des intérêts si on ne paie pas malgré l’erreur. C’est vraiment la lutte entre ceux qui aspirent à avancer vite et bien, et ces boulets, qui, malgré l’informatique, se coincent de plus en plus souvent dans les essieux.

Tout ça pour dire que j’en ai profité pour ranger la tonne de dessins que j’ai faits depuis 1985. Quitte à classer, je classe le monde entier, et hop. Et du coup, j’ai découvert que j’étais tout sauf une paresseuse, vu le nombre de trucs insensés, cartes culinaires, dessins d’étiquettes de boutanches, mangas ou story-boards de pubs, que j’ai pu tracer au début de ma carrière de gribouillarde. Du scolaire à la pelle, aussi, et de nombreux dessins pour pas mal de revues spécialisées (on commence souvent comme ça), mensuels informatiques ou revues financières. J’ai même travaillé pour Les Échos et la Tribune de la Finance, fut un temps. Je me souviens des galères que j’avais pour illustrer des titres d’articles sur le CAC40 ou les SICAV monétaires – je n’y comprenais que pouic ! Je me dis que c’est un miracle que tous ces gens m’aient gardée plus de trois ans, parfois, comme dessinatrice attitrée. Mentalement, je les en remercie souvent, ils m’ont sauvée.

Bref. J’ai conservé également toute une série d’ombres chinoises (j’ai eu une passion pour les ombres chinoises, sais pas pourquoi, mes origines Suisses, peut-être). En v’là deux, une déclinaison d’une des fables de La Fontaine, Le lion et la souris. C’est pas du top de chez top, c’est vieillot, mais ça m’a fait rire de les retrouver, enfouis dans ce tas invraisemblable – tas désormais étiqueté et classé.

Soyez indulgents, j’étais jeune.

Le lion et la souris, 2

Cet article a été posté dans Claire-voie. Bookmark the permalink. Follow any comments here with the RSS feed for this post. Both comments and trackbacks are currently closed.

21 Commentaires

  1. Posted 24 avril 2013 at 19 h 46 min by patrick verroust | Permalink

    Tuuut! Tu ne te laisses pas couper le sifflet par toutes ces grosses caisses qui sans tambours ni trompettes pompent , pompent dans tous les sens du terme.
    Jeunette, tu avais déjà de l’humour….A croquer, cette saynète du lion macho et de la jeune fille au soulier de satin. Ton entourage devait te dire,sans l’ombre d’un doute, que tu irais loin si les petits chinois ne te mangeaient pas. Les Échos t’ont gardé parce qu’ils pressentaient ton talent prémonitoire qui te faisait voir l’ombre de l’économie chinoise faire de l’ombre à la notre. C’est tout bête ou bête tout comme on le disait dans ce canard…..
    Des histoires de SS, j’en ai plein. Je fus, sur cinq départements avec chacun leur URSSAF, chef du personnel que j’ai du recaser ailleurs, je devins chef du personnel sans personnel….Situation qui aurait pu être tranquillou s’il n’y avait pas eu les dites URSSAF. J’avais communiqué aux organismes concernés qu’il n’y avait plus personne à bord donc, subséquemment, plus de cotisations afférentes. L’une d’entre elles, s’obstina à envoyer les formulaires trimestrielles et à exiger le paiement des cotisations indues.Après moult échanges, elle consentit à abandonner le principal mais voulut rester intraitable sur les pénalités. Pédagogue dans l’âme, je fis la démonstration que 10% de zéro approché Z2RO de très près. Il me fut répondu que certes mais une partie du montant des pénalités, infligées,certes,certes, par erreur était irréfragable, donc fallait casquer,Beauté!
    A bout d’arguments, j’ai juste demander un courrier explicatif , histoire de faire rigoler les amis du Canard Enchainé et son lectorat….Ce fut la fin de l’épisode….Tuuut Tuuut!!

    • Posted 26 avril 2013 at 8 h 58 min by Sophie K. | Permalink

      Ben voilà. Tu les as subis toi aussi, haha !
      Non, c’est devenu terrible, sans déconner. Désormais, tu as constamment à affronter des robots qui te demandent de remplir la feuille 2BX12 sans oublier d’envoyer l’alinea 423 aux services consternés.
      Je les HAIS.

  2. Posted 24 avril 2013 at 21 h 08 min by Dominique Hasselmann | Permalink

    Lion à contre-jour et escarpin en demi-lune : une allégorie du « mariage pour tous » (je dis ça pour te titiller, je sais bien que ce n’est pas LE sujet le plus important du monde), j’aime cette représentation et la fable qu’elle déploie.

    • Posted 26 avril 2013 at 9 h 00 min by Sophie K. | Permalink

      Merci cher Dom’. :)
      Vu ce que j’affronte ces temps derniers avec les paperassiers é(x)tatiques, je peux te jurer que le mariage pour tous est effectivement le dernier de mes soucis (d’autant que je suis contre le mariage tout court, en fait). :D
      (Moi, ce que je voudrais, c’est pouvoir travailler en paix, et j’y arrive de moins en moins.)

  3. Posted 25 avril 2013 at 16 h 05 min by solko | Permalink

    En tant que lyonnais, je me sens un peu interpellé, un peu désolé ! En même temps, dans la capitale de la gastronomie, on ne dévore aussi gloutonnement que des mets succulents, de tout 1er choix, et la demoiselle semblait en être un…

    • Posted 26 avril 2013 at 9 h 03 min by Sophie K. | Permalink

      Moi je dis « Vivent les Lyonnais ! », na. (N’empêche, dévorer une bobo écervelée, en ces temps d’empoisonnements divers, me demande si c’est bien raisonnable, haha !)

  4. Posted 25 avril 2013 at 18 h 57 min by Obni | Permalink

    Excellents dessins ! Et de l’humour ! J’aime beaucoup les ombres chinoises…

    • Posted 26 avril 2013 at 9 h 07 min by Sophie K. | Permalink

      Merci Obni. Tu sais que je ne les vois plus, mes dessins, moi. J’ai trop eu le nez dessus, donc je suis incapable de savoir, au-delà des aléas techniques et des progrès que je peux faire, s’ils tiennent la route. Mais je continue d’adorer les ombres chinoises et les découpages du XIXe siècle, silhouettes de bergers et autres merveilles. Et aussi les découpages suisses comme ceux d’Hauswirth. Tu connais un peu ?
      http://www.decoupages-suisse.ch/accueil.html

    • Posted 28 avril 2013 at 8 h 23 min by Obni | Permalink

      Non je ne connaissais pas ces découpages suisses… Je préfère ceux que tu nous a présenté (les tiens)… qui possèdent un petit côté BD et pas mal d’allusions marrantes (le soulier, la queue avant et après, le ventre du lion… )… un petit côté loufoque qui me plait bien.

  5. Posted 26 avril 2013 at 7 h 47 min by nauher | Permalink

    La femme de Long John Silver voudrait savoir s’il est possible de récupérer la chaussure. C’est justement le pied qui lui reste et la pointure adéquate. En temps de crise, faut pas gâcher…

    • Posted 26 avril 2013 at 9 h 09 min by Sophie K. | Permalink

      Hahahaha !
      Long John en talons hauts, je veux voir, je veux voir ! Son « clop-clop » dans la brume deviendrait un « tic-tic » beaucoup moins impressionnant, j’pense. :D

  6. Posted 26 avril 2013 at 11 h 04 min by patrick verroust | Permalink

    Toi , tu es conséquente avec toi même, tu es contre le mariage tout court. Beaucoup sont pour le mariage pour tous et surtout pour eux mais pour un mariage court, de plus en plus court , histoire de faire la fête , enterrement de vie de garçon ou fille, et tout le toutim puis renaissance de vie de garçon ou fille…et repelote !!!

    • Posted 26 avril 2013 at 12 h 14 min by Sophie K. | Permalink

      :)
      Les mariages, c’est toujours des fêtes ratées ousqu’on s’emm…

      Bon. Je déjeune, et je pars buter tous les bureaucrates de la terre après avoir trouvé un tank Sherman M4 d’occase. Tchuss.

  7. Posted 29 avril 2013 at 10 h 39 min by patrick verroust | Permalink

    Bonne idée ! Les technocrates attaquer du tac au tac, sans tact à la mite railleuse. Mais c’est un peu peau de balle, un technocrate est buté par essence, c’est sa forme d’intelligence du monde. Il pulvérisera tes chenilles avec une bombe insecticide et tu écoperas d’un papillon pour stationnement illicite, t’auras plus qu’à dire Bercy…

    Il y a une révolte des architectes sur le projet du Grand Paris, Cela pourrait t’intéresser…Ce serait drôle un combat Donquichottesque contre une Hidalgo!

    • Posted 29 avril 2013 at 21 h 40 min by Sophie K. | Permalink

      Hahahaha ! Grande forme, Patrick, je vois ! :)

      (Tu m’étonnes que les archis se révoltent face au goût de ch… des élus. Il est grand temps !)

  8. Posted 29 avril 2013 at 23 h 25 min by Sophie K. | Permalink

    (PS : Comme tous les sites WordPress, je subis ces temps-ci d’énormes attaques en brute-force, d’où d’éventuels ralentissements, désolée. Je viens à peine de me débarrasser des robots spammeurs chinetocks. On n’est jamais tranquille.)

  9. Posted 29 avril 2013 at 23 h 45 min by patrick verroust | Permalink

    Pour les gouts des édiles, c’est la faute à Vespasien. Depuis que son édicule le fit entrer dans l’histoire du mobilier urbain, ils ont des gouts de chiottes. Un vrai macho, cet empereur, il donna un laisser-pisser aux hommes, les femmes , bonnes comme la romaine, il leurs rester les pisse-en -lit…
    Ben , dis donc, c’est chinois de tenir un site, faudrait organiser un sitting virtuel…Cela fait un moment que la chine toque à la porte, maintenant , on supplie l’ami d’entrer. sans leur yen, il n’y a pas de plaisir! PSA sinise ses voitures, il leurs colle des calandres façon Rolls, leurs donnent du coffre, et c’est un comble débride les moteurs et leurs fabrique des klaxons à durée de vie illimitée!!! Siniser n’empêche pas d’être sinistré, les employés rient jaunes pendant que les chinois leurs imposent des lieux délocalisés aul-nez et à la barbe..De toutes façons, les chinois en pincent pour Lotus, pi’geot pourra faire tintin….

  10. Posted 30 avril 2013 at 16 h 16 min by patrick verroust | Permalink

    incredibile l’inventivité en ce domaine, la sanisette à l’apéritif, le cheval sans selle, le cheval vapeur, le chavignol sélectionné pour son crottin, l’aspirateur à déjection canine, les fumiers placés à des postes stratégiques, l’étron paysagé en des espaces réservés. Bref une chiée d’inventions pour satisfaire les besoins naturels en des lieux dédiés aux pauses pipi , proprement désignées pour s’intégrer au mobilier urbain. Les modèles dernières générations ne fuient pas grâce à un bon Jouin.
    On peut s’étonner après tant d’efforts que la société soit autant dans la merde, mais , peut être, qu’il ne faut pas pousser….C’était mon papier Q du moment, des propos de crottoirs.

  11. Posted 30 avril 2013 at 20 h 04 min by Sophie K. | Permalink

    Ah, si la m… était une énergie ! :D

  12. Posted 21 mai 2013 at 12 h 49 min by Michèle | Permalink

    Chère SophieK il y a longtemps que je n’étais venue. Je vous entends chez Solko.
    J’adore moi aussi vos ombres chinoises. Ce serait une bonne idée de nous monter de temps en temps (un peu de) ce que vous avez dans vos cartons maintenant étiquetés :)
    Je vous embrasse

    • Posted 21 mai 2013 at 13 h 08 min by Sophie K. | Permalink

      Bonjour chère Michèle ! :) Heureuse de vous relire ici ! Merci pour ces petites ombres anciennes !
      Je vais essayer de montrer plus de choses, vous avez raison. Mais vous connaissez les dessinateurs : jamais contents de ce qu’ils ont fait jadis, pour beaucoup, et toujours obsédés par ce qu’ils feront demain ! :D