Blank Christmas

Lors d’un voyage aux Etats-Unis, dans les années 1990, j’avais été fascinée par le fait que là-bas, la machinerie de Noël s’enclenche dès la fin d’Halloween. En gros, à partir du lendemain, impossible de pousser une porte de magasin ou de restaurant sans entendre en boucle « White Christmas », « Let it snow » ou « Jingle Bells » – vous en venez à exécrer ce pauvre Dean Martin. Plus moyen de sortir du Luna-park rouge et blanc, à moins de casser malencontreusement votre pipe, ce qui serait considéré, n’en doutez pas, comme une impardonnable défaillance (mieux vaut casser celle du voisin). Les deux mois suivants (soit soixante jours, quand même !), embarqué de force sur ce grand huit sonore et festif, vous vous transformez progressivement en un mix de jus de truffe blanche et d’oie fourrée aux marrons (voir photo ci-dessus), arrivant fin cuit à Thanksgiving (4eme jeudi de novembre) pour vous laisser ensuite gentiment émincer jusqu’au 25 décembre, où vous atterrirez, les neurones clignotant et, bien entendu, le porte-monnaie vidé par les délices du monde marchand.

Vous voilà donc jingle-bêlant, englué dans cette torpeur effroyable que les événements réels, aussi sordides soient-ils, griffent à peine, prêt à vous engouffrer, une fois passé le premier réveillon – qui ne vous réveille pas du tout –, dans le second – qui ne vous réveillera pas plus.

Noël est coulé dans un bronze bien plus complexe à déboulonner qu’une statue de dictateur. Dire qu’on est contre ne rime à rien, on subira tout de même ces satanés grelots. En France, il y a encore quelques années, on parvenait à faire le dos rond et à respirer avant chaque obligation en bonnet à pompon. Le monde marchand nous ayant saisis au collet, c’est terminé. La percée des deanmartineries se fait vers le 15 novembre (Halloween, difficile à importer, nous fait cafouiller sur le top départ, c’est toujours ça de gagné). Après, c’est le tunnel. Certes, la crise passant par là, les décorations de nos rues sont, d’année en année, plus sinistres – l’ajout progressif de SDF postés tous les dix mètres sur les grands axes des villes n’aide pas, évidemment. Mais on notera, vu le matraquage incessant des marques de mauvais chocolat et autres malboufferies, malfringueries et obsolescences programmées ultra-plates sur nos écrans, que les cloches et les clochards mêlés ne gênent pas outre mesure nos marchands définitivement experts en fautes de goût de toutes sortes.

Bref. Outre le fait que ce soir, la fameuse « Fin du Monde » ™, ajoutée par les facétieuses Têtes-Occluses (voir photo ci-dessus, bis) qui plombent l’humanité depuis ses débuts, sera passée, ce post est donc un message de soutien à toutes celles et ceux qui ne peuvent plus supporter le rituel inaltérable des fêtes de fin d’année :

COURAGE, PLUS QUE DIX JOURS, STOP. ACCOLADE VIRTUELLE, STOP.

Et pour vous aider à tenir, voici en lien un petit dessin animé de Yann Godier (click), un ami dessinateur longtemps perdu de vue et heureusement retrouvé grâce à ce blog. (Faites gaffe, il n’y a pas de FIN.)

Cet article a été posté dans Grumbleries et taggé , , , . Bookmark the permalink. Follow any comments here with the RSS feed for this post. Both comments and trackbacks are currently closed.

32 Commentaires

  1. Posted 21 décembre 2012 at 14 h 08 min by Sophie K. | Permalink

    Il n’a pas intérêt à bouger brusquement, le père Noël de la photo. L’excitée de la gâchette à lunettes n’ayant pas super bien positionné son fusil d’assaut, au moindre hoquet de satisfaction de sa part, il neigera des grelots.

    • Posted 21 décembre 2012 at 14 h 11 min by Sophie K. | Permalink

      Quant à la blonde, on sent une légère hésitation entre l’avant et l’arrière du truc, genre « c’est par où qu’on tire, George ? »

    • Posted 22 décembre 2012 at 13 h 00 min by Sophie K. | Permalink

      (Surtout que son bonnet est trop grand. Pouf, tu te mets à tirer, à cause des secousses ton bonnet de Noël s’avachit brutalement sur ton pif, et tu arroses tes copains. Alors là, bravo, hein.)

  2. Posted 21 décembre 2012 at 14 h 08 min by patrick verroust | Permalink

    Le monde, enfin le notre,sent le sapin….La mercantilisation dont le merchandising tend à éliminer l’humain dans l’acte fout les boules, j’en conviens. Il en est ainsi de tous les passages obligés où la liberté et sa frangine la spontanéité sont bannies…, Mais, il faut être privé de ces rites pour se rendre compte qu’ils signifient, pourtant, quelque chose , si encrassée soit elle.

    Ton aversion un tantinet obsessionnelle, pour Noël ne te ressemble pas. Tu en fait ,chaque année , une fixation alors que tu as une forte capacité à faire abstraction des contingences….Ne garde pas la mine dé- faite….La BD de Yann Godier est un beau cadeau…..Merci Papa Noël !!!!
    icon_cool

    • Posted 21 décembre 2012 at 14 h 15 min by Sophie K. | Permalink

      Mais je suis obsessionnelle, Patrick. :)
      Et puis c’est Noël qui a commencé en faisant une fixation au coeur de nos hivers, alors qu’on n’avait rien demandé, sinon la paix (qui ne vient jamais). Je ne peux que haïr l’hypocrisie humaine, désolée.

  3. Posted 21 décembre 2012 at 14 h 20 min by Sophie K. | Permalink

    Quant à la signification de Noël, si on remonte aux sources, ce n’est rien d’autre que la réplique presque exacte de la signification des feux de la Saint-Jean, soit :
    en 1 : chouette, les jours rallongent
    en 2: chouette, c’est le plus long jour de l’année
    Honnêtement, ça ne m’intéresse pas des masses non plus, comme raison de faire la fête.

  4. Posted 21 décembre 2012 at 14 h 31 min by Zoë Lucider | Permalink

    Et tous les ans, je te soutiens dans cette cause perdue. Moi-même, comme j’ai des enfants, je n’échappe pas au rituel même si je le joue léger. Cette année, c’est surtout le retour de la fillote qui va enluminer le sapin.
    Sur l’illus’, la blonde tient son parabellum (chais pas si c’en est un) comme si c’était une baguette de pain et si elle tire, le gros père va prendre avec le recul le machin dans sa grosse bedaine. ‘Tain comment peut-on créer une telle merde!

    • Posted 22 décembre 2012 at 11 h 33 min by Sophie K. | Permalink

      Hey Zoé ! :) Oui, c’est ce que je disais, mais c’est la rousse, le plus gros danger, hahaha ! (J’ai l’impression que c’est un Scar, l’un de ces fusils d’assaut amerloques en kit…) La blonde, elle est out, on sent qu’elle tient mieux son sac qu’un AK47, habituellement.
      Ils ont l’air fiérots de leur père Noël guerrier à walkyries-boudins, en tout cas, les gensses du Gun Club. :D Les barbus islamistes ne feraient pas mieux pour vanter leur mode de vie si sympathique (enfin si, ils voileraient les nanas de rouge et blanc, et la barbe du crétin de Noël serait vraie).

      Non, Noël, c’est magique pour les gosses, et une belle occase de se retrouver quand on est séparés par la distance, je suis d’acc’ là-dessus, bien sûr. Mais la pub, les chinois et la téloche ont tout pollué avec leurs trucs mal fichus, moches, répétitifs. (Qui peut encore regarder d’un oeil amusé le millionième bêtisier des « entre-soi » de ce monde-là ?)

  5. Posted 21 décembre 2012 at 16 h 05 min by patrick verroust | Permalink

    Cette fête païenne a son origine existe dans toutes les civilisations, probablement liées aux racines rurales, elle annonçait l’entrée dans une saison plus facile. Elle a, toujours , été , un comble pour une fête d’hiver,instrumentalisée au profit du politique,du religieux (la création des registres d’état civil,l’importance donnée à l’individu à accentuer la tendance à en faire la fête de la Sainte Famille), de l’ordre marchand ,aujourd’hui. Elle n’empêche qu’elle a été et reste encore un ferment matriciel important.
    il me semble que le jour le plus long de l’année est lors du solstice d’été, le D Day, à moins que je dise une sottise.
    J’ai très peu participé aux fiestas rituelles dont Noël, précisément…Cette année , l’opportunité d’une petite rencontre s’est présentée après Noël . C’est loin d’être ritualisé ou sinon selon le rythme des années bissextiles….Noël m’impacte peu dans sa signification superficielle que tu dénonces à juste titre, Pâques m’agace ,davantage. Mais je méfie de jeter tous les rituels sociaux, je pense qu’ils répondent à des besoins obscurs mais essentielles, que leurs détournements est révélateur d’un état de délitement social. Nicolas symbolise une victoire populaire….Pour te consoler, je te souhaite de te trouver un Nicolas , bien sain, pour de gaies saturnales….

    • Posted 22 décembre 2012 at 11 h 44 min by Sophie K. | Permalink

      Hahaha ! Ne me dis pas ça, j’ai l’impression d’être une mégère qu’il faudrait apprivoiser vite, sinon BOUM !
      icon_erk

      Je suis contre les rituels à partir du moment où ils remplacent les actes spontanés et chaleureux, en bref. Je ne crois pas à l’obligation ou au rappel à l’ordre collectif, surtout quand il est biaisé par les vendeurs de kitscheries. Noël, Pâques,autrefois religieux mais récupérés, et ces ajouts pétainistes que sont les fêtes des mères et des pères (et autres St Valentin), me semblent vides de sens. Doit-on attendre ces injonctions pour dire à ceux qu’on aime qu’on les aime ? Quant à ceux qu’on n’aime pas, pas besoin de nous forcer à les aimer… Enfin bref. :)

      (Les feux de la St-Jean dont je parlais, c’est le 21 juin, solstice d’été de l’hémisphère nord, effectivement.)

  6. Posted 21 décembre 2012 at 17 h 39 min by NLR | Permalink

    Bé ouais. Entre Halloween, Noël, Les Rois, Pâques, la Fête des mères, des pères et des secrétaires, c’est le grand Chelem de la conso. On y va à fond, sans discontinuer, quasi. (Et Weight Watchers qui tente de se faire entendre au milieu de toutes ces calories, les pôvres).

    Brèphe.

    Allez voir plutôt ça, si c’est pas déjà fait. C’est jusqu’au 30 décembre et c’est vraiment très bien. Même mieux que ça.
    Regard ironique et intelligent, c’est pas si fréquent. C’est là :
    http://www.gaite-lyrique.net/hello

    On en reparle.
    Des bises !
    N.

    • Posted 22 décembre 2012 at 11 h 11 min by Sophie K. | Permalink

      Merci pour le lien, Nico ! :) Pas sûr que je vais avoir le temps avant le 30, mais je vais tenter.
      (Dis donc, ton commentaire avait atterri, Dieu sait comment, dans les spams, alors ça c’est zarbi. Déjà que commenter ici n’est pas toujours fastoche…)
      Biz.

    • Posted 22 décembre 2012 at 13 h 04 min by Sophie K. | Permalink

      En plus, ma passion pour les galettes des rois (sans les fèves casse-dents) me frustre affreusement, puisqu’on n’en trouve qu’à cette période de l’année.

  7. Posted 21 décembre 2012 at 20 h 35 min by Jacques | Permalink

    Pour moi à la campagne, Noël c’est loin, très loin, les magasins tout ça, avec une légère distance mentale et le vent dans les branches, finalement le bruit de la ville est inaudible. Ah oui, j’oubliais pour ton billet : j’approuve !

    • Posted 22 décembre 2012 at 11 h 27 min by Sophie K. | Permalink

      Bonjour Jacques ! :)
      Merci, haha ! Qu’est-ce que je ronchonne, finalement…
      C’est vrai que la ville est devenue hystérique – du moins Paris. Bruit, travaux, embouteillages, tout ça augmente chaque année, c’est épuisant. Bon, d’un autre côté, il y a les cinoches, les expos et les cafés, quand même.
      (La campagne, du coup, pour moi, j’en suis sûre, deviendrait presque trop silencieuse, j’arriverais pas à dormir.) :))

  8. Posted 22 décembre 2012 at 13 h 08 min by Sophie K. | Permalink

    Elle est strauss-kahnienne, question fantasmes, cette photo, en fait.
    icon_lol

  9. Posted 22 décembre 2012 at 20 h 07 min by patrick verroust | Permalink

    Génial OVH, je ne peux plus accéder à ton blog au prétexte que je serais un cake google crawler, je crawle ,certes mais me traiter de tronche de cake , ce n’est pas de mon goût gueule!
    En passant par les rubriques j’ai réussi à arriver où je voulais aller…..
    bien vue le rapprochement entre la photo du père vert noël et un chaud lapon fréquentant les rennes de la nuit qui a défrayé la chronique pour avoir effrayé quelques dames par ses assauts qu’il crût un temps,festif….

    Je suis persuadé que tu sais manifester tes affections avec spontanéité et chaleur, je t’imagine, très bien, te pointant chez des êtres chers , au mois d’aout , ou lors d’un mariage par exemple, avec sapin et tout le toutim, pour un joyeux noël décalé
    Que le dieu des blogs t’accorde sa protection
    icon_evil

    • Posted 23 décembre 2012 at 12 h 40 min by Sophie K. | Permalink

      :)
      Non, les sapins, je les aime plantés, pas coupés… Non, entre nous, j’en ai marre de tous ces trucs qui ne servent à rien et qui nous bouffent du temps, en plus de nous obliger à bouffer les animaux, les ressources et les autres. Les humains sont des ogres, définitivement. Ils ont l’air gentils, parfois, comme ça, ils n’ont pas de grandes dents ni de grosses griffes, mais ils rasent tout sur leur passage. Le pire, c’est quand ils le font au nom d’une religion.

  10. Posted 22 décembre 2012 at 20 h 11 min by patrick verroust | Permalink

    Bizarre, l’accès fonctionne, de nouveau , normalement…Je suppose qu’à me voir crawler, ils ont brassé, dur!
    icon_sad

    • Posted 23 décembre 2012 at 12 h 45 min by Sophie K. | Permalink

      OVH pose des problèmes de lenteur de chargement des pages et des commentaires (d’après ce que j’ai compris, ils refont toute leur infrastructure, mais je crois aussi qu’ils ont trop bourré leurs serveurs mutualisés, rançon du succès).

      Le truc sur le crawl, c’est dû à mon pare-feu. Ça peut arriver quand on vient souvent sur un site, du moins qu’on s’y connecte plusieurs fois de suite un peu trop rapidement. Du coup, on peut être pris pour un robot tagueur, d’où l’accès restreint aux pages pendant quelques minutes. C’est pas grave, mais casse-pieds, juste. Je ne peux pas y faire grand-chose, hélas.

  11. Posted 23 décembre 2012 at 15 h 19 min by solko | Permalink

    Sans compter que le calendrier purement festif s’est doublé depuis peu d’un calendrier sportif. pour rendre encore plus de mauvaises humeur les « intellos bougons’ de notre espèce (en voie d’extinction) . Avec « la crise », j’observe comme toi un frémissement dans la rage noëlique de nos concitoyens. De toute façon pour moi, Noël a toujours été la messe de minuit, et rien d’autre d’essentiel. A l’écart du bal des obèses.
    icon_cool

    • Posted 24 décembre 2012 at 11 h 32 min by Sophie K. | Permalink

      De mon côté, je ne croise que des gens épuisés, stressés, fauchés, j’en connais quelques uns qui partent en retraite sans radio, sans télé, d’autres qui filent se planquer à la campagne…
      Je ne suis pas certaine que la mauvaise humeur ne soit qu’intello-bougon, en fait. J’ai l’impression, en revanche, que la « bonne humeur » n’est que télévisuelle, pubarde et officielle, tellement loin des réalités de la planète. Tout dans les blablas, rien dans les actes, comme d’habitude.

      Je dois t’avouer qu’étant agnostique, donc éloignée des religions et de leurs rites, Noël ne représente pas grand-chose pour moi, hormis un renouvellement affectif vis à vis des plus fragiles d’entre nous, de la fragilité en général. Les brutes du monde en ont fait un festin excessif de défi à la mort, là où il s’agissait peut-être de simplement rendre grâce à la vie. C’est dans ce sens-là que je souhaite de belles fêtes à tous, d’ailleurs : take care of you, guys and ladies.

    • Posted 24 décembre 2012 at 11 h 43 min by Sophie K. | Permalink

      PS : le fume-cigarette te va super bien, dis donc. Moi je suis au casque, ces temps-ci…
      icon_music

  12. Posted 24 décembre 2012 at 6 h 44 min by Bon sens | Permalink

    Tu ne crois pas si bien dire :)
    Le père Noël est même venu vider mes poubelles (cf la photo de mon blog) : ces ricains sont trop forts !!!
    Je te fais un gros Hug (ça marche bien ici et ça évite les miasmes)
    :)

    • Posted 24 décembre 2012 at 11 h 41 min by Sophie K. | Permalink

      Big hug aussi, Bon-Sens ! :)
      Note, comme le père Noël pollue comme un dingue, c’est bien qu’il s’entraîne à vider les poubelles, un peu, aussi.
      Non mais c’est vrai, quoi.

  13. Posted 24 décembre 2012 at 15 h 37 min by patrick verroust | Permalink

    « Je dois t’avouer qu’étant agnostique, donc éloignée des religions et de leurs rites, Noël ne représente pas grand-chose pour moi, hormis un renouvellement affectif vis à vis des plus fragiles d’entre nous, de la fragilité en général. Les brutes du monde en ont fait un festin excessif de défi à la mort, là où il s’agissait peut-être de simplement rendre grâce à la vie. C’est dans ce sens-là que je souhaite de belles fêtes à tous, d’ailleurs : take care of you, guys and ladies »

    Là , j’adhère et il y a ,aussi, mon pote Abdel qu’adhère. Ce chameau ne veut pas me prêter sa vieille méhari pour aller,ce soir, au mystère vivant de noël qui fut , dans ce village longtemps bon enfant. La chorale, excellente, menée par un aristocrate d’une vieille famille locale, homme doté de qualités humaines et d’un charisme à faire regretter les châtelains, se mettait en place dans un joyeux brouhaha, les bergers amenaient l’âne et présentaient chèvres et moutons à la crèche. Les familles se retrouvaient du ban à l’arrière ban. Le curé officiait débonnaire. Les fidèles participaient au rituel, ils jouaient le jeu. Après la messe, il y avait le vin chaud et les treize desserts. Tout cela était coloré, plein d’allées venues, l’église redevenait , ce qu’elle était au moyen âge, une maison commune…Une nuit , j’avais mon plus jeune fils dans les bras, entendant les Alléluias, il se mît à scander  » Allez louiä…Allez Louiäs…Papa ,c’est qui Louiä? » …et tous de rire. Une autre fois, j’avais accompagné ma mère au village avec mon chien. Elle se débrouilla pour me faire entrer dans l’église. Le curé me fit remarquer que les animaux n’y étaient pas admis , je rétorquais,benoît,  » C’est un chien de berger, le seigneur est mon berger.. » et l’incident fut clos. Il vint un curé, espèce de Don Camillo mal dégrossi, il faisait faire la quête par les enfants de chœur, puis allait lui même, intimer à ses ouailles , de mettre du consistant dans la sébile. Il arriva à moi qui n’avait pas un liard, je pris une attitude,hautement méditative en contemplant les peintures de la voûte , il s’obstina , dans un silence intrigué. Je redescendis, sur terre, le contemplai,m’excusai pour ma méditation et, avec un remerciement poli, je pris un billet…. Tout cela se passait fort bien, sonnait ,assez juste. L’an dernier, ce fut clochemerle. Une paire de pères intégristes qui allaient par trois comme la trinité se crurent les mousquetaires chargés de balayer ce paganisme délictueux, trier le bon grain et mettre l’ivraie ,dehors. Ils voulurent fermer les portes de l’église pour interdire l’accès aux bêtes et les allées venues, du vin chaud au vin de messe. La mairie ordonna l’ouverture ou l’évacuation des lieux au motif de sécurité. Un piquet de veille garda la porte ouverte. Nos curetons voulaient saboter les treize desserts de la tradition, ils commencèrent la cérémonie avec grand retard et enfilèrent deux messes avec une série d’intentions longue comme le calendrier ….Les provençaux ont vécus les guerres de religion, ils savent être patients et têtus . Derrière cet anecdote se cache une réalité du libéralisme moderne. Ce village de gens modestes , encore assez solidaires et attachés à leurs coutumes collectives est cannibalisé par de riches urbains qui, outre qu’ils font flamber le foncier, cassent tous les codes de conduite, en particulier, routière avec leurs grosses bagnoles , leurs gamins plein aux as, leur arrogance….Ce village qui a , toujours voté à gauche, est infesté par des tendances d’extrême droite qui a cannibalisé les deux villages voisins…On a beau dire ce que l’on veut de la gauche, mais elle ne dégage pas la même atmosphère que les fumets FN avec ses syndromes sécuritaires comme outils pour permettre la captation de tous les espaces économiques et sociaux par un petit groupe d’affidés…. Hourrah pour le combat de ce petit village gaulois où les filles aimaient être troussées pour le plaisir, sans prêter garde aux signes extérieurs de richesse… Les petits commerces , épiceries, boucheries…étaient des lieux ou mettre la main au panier de la ménagère, le lavoir, encore utilise servait à laver le linge sale,en famille…après…
    Merci pour tes vœux, deux bises !
    icon_evil

  14. Posted 24 décembre 2012 at 21 h 25 min by patrick verroust | Permalink

    Comment faire pour poster une image chez toi, maintenant?
    icon_sad

    • Posted 25 décembre 2012 at 19 h 18 min by Sophie K. | Permalink

      Il te faut juste apprendre un peu le html comme ci-dessous :

      Ouvrir la balise : < , ensuite, taper : img src= , ensuite, placer le lien précis de l'image seule (donc affichée dans ton navigateur) entre des guillemets ("lien de ton image", donc) , enfin refermer la balise : />
      (Attention de ne pas mettre de trop grandes images, ça ne passerait pas.)

  15. Posted 25 décembre 2012 at 10 h 01 min by Claire | Permalink

    Bonjour Sophie,
    Voilà… c’est fini… La vie peut reprendre son cours normal…
    (mon comm’ d’hier midi n’est jamais apparu ?)

    • Posted 25 décembre 2012 at 19 h 02 min by Sophie K. | Permalink

      Bonsoir Claire ! :)
      Moi je viens juste de rentrer, chuis lessivée !
      Plus qu’une semaine, encore.
      icon_sure
      (Pardon pour ton commentaire d’hier, je ne l’ai pas retrouvé, mais il y a des trous parfois à cause des lenteurs du serveur.)

  16. Posted 27 décembre 2012 at 17 h 46 min by Obni | Permalink

    Mon commentaire est parti aux oubliettes anti-spam j’imagine… Mais qu’avais-je voulu dire ? icon_twisted

    • Posted 28 décembre 2012 at 0 h 17 min by Sophie K. | Permalink

      Rhô, non, il a dû passer par un des trous d’OVH, c’est quelquefois tellement lent à charger que je dois aussi recommencer mes comm’s de temps en temps. Désolée, cher Obni.