Flash Cadillac

Parce que ces images me semblent  indissociables de ce site, je remets en ligne cet article posté sur Strictement-Confidentiel en octobre 2010. Enjoy again !

Vous n’allez pas me croire, mais pourtant, il existe des publicités que j’aime. Paradoxe suprême : parmi les pubs que j’aime, je place au plus haut celles qui furent réalisées pour des bagnoles. Enfin… pas des bagnoles, non, des voitures : Dodge, Cadillac, DeSoto, Plymouth, oui oui, toutes ces gigantesques pompes à pétrole que furent les carrosses ailés des années 1940 et 1950. Quant aux pubs en question, ce sont celles que de véritables artistes aux noms souvent oubliés réalisèrent au cours de ces années-là, du temps de Mad men, à une époque où l’affiche était un art graphique à part entière. Voilà quelques exemples, mais pour vous régaler vraiment les mirettes, allez explorer Plan.59.com, le site qui les recense de la façon la plus complète. Je vous assure que vous allez être éblouis.

Cet article a été posté dans Explorations et taggé , , , . Bookmark the permalink. Follow any comments here with the RSS feed for this post. Both comments and trackbacks are currently closed.

15 Commentaires

  1. Posted 11 mars 2013 at 17 h 46 min by patrick verroust | Permalink

    Ah, elles avaient les seins en obus, les actrices genre Rita Haytworth, drôlement carrossées avec de sacrés pare-chocs. Elles faisaient flasher, corsetées en Corsair…En voiture Simone!

    • Posted 12 mars 2013 at 0 h 29 min by Sophie K. | Permalink

      Ah oui, la mode accordait les soutien-gorge aux pare-chocs (ou l’inverse), tu as raison. C’était l’époque des bombes, les fifties…
      :D

  2. Posted 12 mars 2013 at 7 h 23 min by Obni | Permalink

    Ces photos étaient des œuvres d’art… Ça me rappelle la série qui s’appelait en français « Les jours heureux » (il me semble mais j’ai un doute sur ce titre)… L’adolescent que j’étais alors adorait cette façon de bouger, de vivre une sorte de liberté des jeunes… Maintenant quand je vois ces bagnoles rutilantes, je pense pollution, environnement, monde qu’on laisse à nos enfants… Est-ce bien de vieillir ? ;)

    • Posted 12 mars 2013 at 9 h 30 min by Sophie K. | Permalink

      C’est pas si mal, de vieillir, quand on évolue correctement en nd’dans… :)
      « Happy days », avec la naissance du rock’n roll, les ice-creams et Fonzie ? Bien vu !
      Moi, ce qui me fascine, c’est la précision de ces dessins. Ça me laisse penser que l’hyperréalisme né aux US dans les années 1950 est directement issu de la pub de cette époque (la tendance naissante se voyait déjà dans certaines publicités de la fin des années 1940).
      Sinon, bien sûr, pour la pollution. En même temps, c’est déjà nous, et c’était aussi nos parents, les enfants de ceux qui ont rêvé ce monde au XIXe siècle. En faisant les choix qu’ils ont faits, pas sûr qu’ils se doutaient de l’impact écologique de leurs inventions, ceci dit.

  3. Posted 12 mars 2013 at 14 h 22 min by Dominique Hasselmann | Permalink

    Merci, chère Sophie, de montrer que l’on peut critiquer la pub et la voiture, en tant qu’expressions d’un monde marchand (dont il est difficile de s’abstraire !) tout en en appréciant certaines pour leur esthétisme.

    C’est bien le cas des voitures américaines, qui représentent pour moi un sommet du design.

    J’ai toujours gardé quelques « Dinky Toys » comme une merveilleuse Studebaker verte, la même que celle que l’on voit dans le film « Hot Spot » (1990), mais en noire, ce petit polar extra de Dennis Hopper avec Don Johnson.

    Le catalogue est impressionnant : cela m’a fait repenser aussi au film de Coppola, http://fr.wikipedia.org/wiki/Tucker_%28film%29 (1998), biographie étonnante de ce constructeur automobile américain. Les modèles défilent, là aussi, avec pare-chocs avantageux et formes provocantes…

    • Posted 12 mars 2013 at 22 h 27 min by Sophie K. | Permalink

      Pas de quoi, cher Dom’, tu sais que je partage cette passion avec toi ! :)
      Ah, Tucker, l’un de mes héros… Le film de Coppola était superbe.
      Et « Hot Spot », c’était très bien, je ne m’en souvenais plus, tiens… Je le reverrais bien.

  4. Posted 12 mars 2013 at 15 h 21 min by patrick verroust | Permalink

    Eh oui, elles se la jouaient bien roulées les filftille’s, prêtes à jouer la fille sur la banquette arrière avec un flirt qui avait du coffre , lMummy, james dine at home this evening and after we wiil go to the driving cinéma ! »
    Les immigrés algériens révaient de revenir au pays avec une « pigeot », les turcs , avec une mercedes, les tibétains avec un caddie pou l’atteler à un yack, un caddie yack pour épater le village…

    J’ai vu une exposition d’art contemporain bien foutu à la Friche la Belle de Mai à Marseille. J’ai repéré le travail de Youssef Malil .Il peint sur photo , ce qui accentue les contrastes, idéalise les vues et ajoutent un brin de nostalgie. L’impression m’a fait penser à l’effet que produit ton travail malgré la différence d’approche.

    • Posted 12 mars 2013 at 22 h 30 min by Sophie K. | Permalink

      Merci Pat’ Fonzie. Si tu as un lien sur son travail, envoie ! ;)

  5. Posted 13 mars 2013 at 0 h 16 min by patrick verroust | Permalink
  6. Posted 13 mars 2013 at 21 h 07 min by Sophie K. | Permalink

    C’pas possib’, tous les chefs s’appellent désormais François. Non, c’est un complot, moi j’dis. (Je vais demander des comptes à Francesco Pittau et à Franswa Perrin, puisque faisant manifestement partie de cette mafia internationale, ils vont probablement devenir chefs d’un truc eux aussi.)

    (S’ils ne le sont pas DEJA sans qu’on le sache.)

  7. Posted 14 mars 2013 at 0 h 00 min by patrick verroust | Permalink

    Pourvu qu’il ne nous fasse pas le coup du père François….Qué quête…non mais, bas les papes….

  8. Posted 14 mars 2013 at 7 h 36 min by Obni | Permalink

    François mitre errante ?

  9. Posted 14 mars 2013 at 11 h 10 min by patrick verroust | Permalink

    Bien trouvé, le François mitre errante, il est du côté des pauvres mais a soutenu la dictature argentine, il fait des petites blagues….A petites touches, se dessine un portrait de François mitre railleuse.