Gregory Crewdson, photographe « Hopperien » et cinéphile

Pour qui se nourrit de l’image – et quand je dis « se nourrit « , je parle d’une faim et d’une soif inextinguible, d’un besoin qui pourrait se comparer à celui d’un vampire tant il est question, pour celui qui crée ou qui veut créer son propre univers, de se trouver un chemin visuel qui boostera son propre imaginaire afin de lui faire quitter les rivages médiocres de « l’image pour tous », de « l’infiniment régurgité » et du « déjà vu mille fois » – pour qui se nourrit de l’image, disais-je donc, le Graal est de trouver un artiste contemporain qui va enfin lui ouvrir une nouvelle porte. Cet artiste, lui-même rassasié de merveilles issues du passé ou du présent, aura su construire un univers personnel original et fort, sans nier l’apport des maîtres qu’il a choisis, mais en allant plus loin qu’eux, en explorant ce qu’ils n’auront pas exploré, en extirpant de leur matière le détail qui l’aura fait vibrer, la lumière bleue qui le hante lui, sa « note bleue » aurait dit le pianiste Thelonious Monk.

« La chambre », de Gregory Crewdson, et ci-dessous, « Femme au soleil », toile d’Edward Hopper

<img class="aligncenter;" title="Femme au soleil, Hopper" src="http://www.cineclubdecaen.com/peinture/peintres/hopper/61unefemmeausoleil vend du viagra.jpg » alt= » » />

En novembre 2008, Gregory Crewdson a sorti l’album de photos « Sous la surface des roses ». Pour plus de détails sur ce photographe américain de 46 ans, recherché et exposé dans de nombreux musées, cliquez ici et baladez vous « round about midnight » dans la magie inquiétante de ses œuvres raffinées. Ceux qui aimaient le travail du regretté Peellaert ne peuvent qu’être fascinés par l’univers de ce photographe.

« Sous la surface des roses », Gregory Crewdson, préface de Russell Banks, éditions Textuel 2008

Cet article a été posté dans Explorations et taggé , . Bookmark the permalink. Follow any comments here with the RSS feed for this post. Both comments and trackbacks are currently closed.

2 Commentaires

  1. Posted 13 octobre 2012 at 19 h 18 min by patrick verroust | Permalink

    C’est rigolo, je viens de chez Zoë . Son évocation de l’expo Hopper m’a fait songer à toi et à Strictosse icon_cool

  2. Posted 14 octobre 2012 at 0 h 34 min by Sophie K. | Permalink

    vais aller voir. Je l’ai remis ici, mon vieux billet sur Hopper, d’ailleurs.