L’AC, ou l’art de l’exécration

Continuer à subir les étrons que les milliardaires – qui nous détestent, au fond, je ne vois que ça comme explication – nous imposent, ou réagir ? Christine Sourgins, historienne de l’art et auteur  des « Mirages de l’Art Contemporain » (plusieurs fois réédité à la Table Ronde ) réagit en démontant soigneusement le « déconstruit » imposé, souligne la financiarisation de l’AC (moi itou, je déteste le mot « contemporain » !), pointe la collusion des trois M (Marché, Médias, Ministère), s’étonne qu’un Velasquez se vende, aujourd’hui, moins cher qu’une bricole prétentieuse et tape à l’oeil de Damien Hirst, et rappelle avec humour qu’on ne peut pas « déconstruire » à l’infini. Je vous laisse découvrir son intelligente synthèse.

« Autrefois, l’Art était un art de célébration, c’est devenu un art de l’exécration » (C. Sourgins)

Blog de Christine Sourgins ici : http://www.sourgins.fr/

Son récent coup de gueule sur « Contrepoints » : http://www.contrepoints.org/2014/11/24/189149-art-contemporain-vers-un-negationnisme-decomplexe

Musée Imaginaire de Patagonie (ou comment s’exiler mentalement de la vaste escroquerie de l’AC) là : http://www.musee-imaginaire-patagonie.fr/accueil/

Cet article a été posté dans Explorations et taggé , , . Bookmark the permalink. Follow any comments here with the RSS feed for this post. Both comments and trackbacks are currently closed.

15 Commentaires

  1. Posted 24 novembre 2014 at 12 h 45 min by Sophie K. | Permalink

    Qu’est-ce que j’aime les gens qui démontent les carcans, finalement… :)

  2. Posted 24 novembre 2014 at 15 h 23 min by McComber | Permalink

    Pas inintéressant. Mais j’avoue avoir eu un léger frisson de terreur lorsqu’elle parle de ces gouvernements qui osent laisser tout un chacun se prendre pour un peintre. Ouh la la. Elle rêve à quoi ? Une sorte de art-gestapo qui irait interdire à l’oncle Gillou de peindre ses vieilles collines ?
    Ceci dit, je trouve qu’encore une fois (on le fait ad nauseam à Debord), on tourne autour d’un pot au roses débusqué par quelqu’un d’autre sans jamais le citer. Et ça, ben ça m’énerve.

    Dans ce cas-ci, le nez au milieu du visage est le travail très important de cette dame :
    http://www.amazon.com/Who-Paid-Piper-Cultural-Cold/dp/1862073279

    • Posted 24 novembre 2014 at 17 h 13 min by Sophie K. | Permalink

      Merci pour le lien, je ne connais pas, j’avoue. En revanche, on songe à Debord, bien sûr, et elle n’a pas besoin de le citer… :)
      Sinon, je crois que ce qu’elle dit à propos des velléités artistiques de tout un chacun n’est pas faux, surtout à une époque où tout le monde se croit génial, et où l’on fait croire à tout un chacun que tout le monde peut être Picasso. C’est peut-être réac de ma part, mais je crois que tout le monde n’est pas forcément artiste. Ce n’est pas parce que tu prends des pinceaux pour faire une toile que tu deviens du jour au lendemain un grand peintre. Cette idée ramène en outre les grands peintres (ou les grands musiciens, ou les grands écrivains) au niveau de tout un chacun, sous entendant qu’on est tous identiques, et qu’il n’y a pas, finalement, de raison de célébrer les uns plus que les autres. Or non, tout le monde n’est pas capable de produire un art de qualité, l’affirmer serait un mensonge. On est tous très inégaux dans ce domaine comme dans d’autres ; l’accepter, c’est déjà accepter de travailler pour tenter de s’améliorer, ce qui est indispensable. J’ai toujours pensé qu’un artiste véritable était d’abord quelqu’un d’extrêmement humble face à l’art, face à son histoire et à ses maîtres. Quand Hokusaï dit, à l’âge de 90 ans, qu’il continue d’apprendre et qu’il commence, peut-être, à maîtriser, c’est l’humilité même – même si on pourrait le soupçonner, évidemment, d’une légère coquetterie. :)

    • Posted 24 novembre 2014 at 17 h 16 min by Sophie K. | Permalink

      (Et puis je t’avoue que pour moi, l’art dirigiste actuel, c’est vraiment l’Art Kontemporain !!)

  3. Posted 24 novembre 2014 at 23 h 16 min by patrick verroust | Permalink

    L’art comptant pour rien d’autre que la satisfaction narcissique d’hyper riches à l’ego sans égaux tue l’art mais permet des trafics financiers, blanchiment , fraude fiscal , de faire tourner l’ argent qui tourne dans un entre soi select…Le pouvoir exorbitant des jeunes curateurs est , pour le moins, opaque…

    • Posted 25 novembre 2014 at 12 h 04 min by Sophie K. | Permalink

      J’ai encore lu une itw de l’un d’entre eux dans Télérama, cette semaine. Le côté « Youplala, tout le monde est magnifique et c’est super, l’art contemporain » m’a grandement agacée. (On ne coupait pas non plus aux grosses lunettes et à la crête à l’iroquoise, question physique. Un vrai dessin de Delhomme.) ;)

  4. Posted 24 novembre 2014 at 23 h 25 min by Zoë Lucider | Permalink

    Suis d’accord, il ne suffit pas de s’emparer d’un pinceau ou d’un piano ou d’un stylo pour en tirer des merveilles. En revanche, on devrait développer chez tous les enfants l’appétence pour la musique, la peinture, l’écriture etc… L’art de l’exécration c’est plutôt juste.

    • Posted 25 novembre 2014 at 12 h 12 min by Sophie K. | Permalink

      Ben oui, justement, et c’est un peu ce qu’elle dit en creux à propos des enfants. Déjà, quand j’étais petite, les cours de dessin étaient plus que sommaires. A l’époque, pas de visite de musées, pas d’histoire de l’art, et un minimum d’apprentissage technique. Quand je pense aux talents d’aquarellistes de certains de mes grands-parents, grands-oncles et aïeux… Il fut un temps où beaucoup de gens savaient vraiment peindre parce qu’ils avaient appris à le faire. On met vingt ans, en moyenne, à maîtriser une technique. Enki Bilal me l’avait dit quand je démarrais, et il avait raison. En autodidacte, c’est encore plus long, plus difficile, on étudie comme des fous pour avancer et comprendre. Et je persiste à penser qu’on ne peut exprimer réellement quelque chose que quand on a maîtrisé la technique, qu’on s’en est débarrassé, d’une certaine manière. C’est comme la conduite : il faut oublier ce que font les pieds et les mains, mais pour ça, il faut d’abord apprendre, et le plus tôt possible. Sans compter que seul l’apprentissage permet d’évaluer à leur juste mesure les travaux des autres…
      Brefbrefbref. ;)

  5. Posted 25 novembre 2014 at 17 h 37 min by patrick verroust | Permalink

    Pour la conduite, quand la passagère est sexy, vaut mieux que je surveille mes mains qui aiment trop prendre leur pied!

    Sinon, les œuvres d’art, les plus grandes ,tout au moins sont surévaluées…Bon, faut pas donner de l’art à ces cochons de payants…Avec les hyper riches, on assiste au retour des mœurs de l’ancien régime , concerts, pièces de théâtre, privés,
    à domicile…

    • Posted 27 novembre 2014 at 1 h 20 min by Sophie K. | Permalink

      Est-ce qu’ils sont dupes ? C’est la question que je me pose souvent, avec ces nouveaux collectionneurs. On ne peut vraiment pas les suspecter d’être sots, ou incultes. Donc il y a un véritable cynisme derrière tout ça. C’est le pognon lui-même qui est vénéré, même plus ce qu’il permet d’acheter.

  6. Posted 25 novembre 2014 at 23 h 30 min by la nuit remue | Permalink

    Que de laideur, d’où qu’on se penche … Rien à rattraper ; vraiment. Sorry

    • Posted 27 novembre 2014 at 1 h 33 min by Sophie K. | Permalink

      Oui et non. On rencontre quand même pas mal de gens généreux et bienveillants, dans ce drôle de monde. Et régulièrement, on découvre des artistes qui bossent et réalisent de belles choses.
      (Ce que je trouve vraiment laid, et au-delà de tout, c’est l’hypocrisie et le mépris des discours de ceux qui sont aux manettes du Spectacle. Ça, j’en ai vraiment ras le bol.)

  7. Posted 27 novembre 2014 at 12 h 35 min by patrick verroust | Permalink

    Inculte? Voilà un thème de billet qui pourrait t’inspirer…L’inculture se répand, pire qu’Ebola, dans toutes les classes sociales,diplômées ou pas. Je fréquente les lieux culturels, les metteurs en scène, les comédiens….Les uns les autres sont déroutés par le « public » dont les réactions sont , tellement,imprévisibles qu’elles ne peuvent pas servir de repères pour évaluer un travail. Le public est conservateur et les « grands metteurs en scène » se réfugient dans les pièces du répertoire qu’ils revisitent tant et plus…Ça va finir par sentir le moisi..sur !!
    Quant à l’humour »…Le niveau n’est pas loin du Zéro absolu bien en dessous du niveau de la merde….Les gens s’ennuient tellement, sont tellement catalogués , dans une solitude si vide, que le moindre événement, même insignifiant, qui crée une interactivité creuse les distraient et les emballent…

  8. Posted 9 décembre 2014 at 14 h 06 min by patrick verroust | Permalink

    Pffftttt….J’avais entendu louer deux films d’animation . Un dit « barré » « Panique chez les jouets » , l’autre, ben le dernier « Axtérix »… Dans le premier, il y a de bonnes choses mais décousues, l’ensemble fait pauvret, inachevé, brut de synopsis J’ai été animé de l’envie de me barrer, déçu et surpris…Le second est indigent, les plats sont passés et repassés …pas de quoi en faire un plat…Si tu as mieux en rayon???

    • Posted 14 décembre 2014 at 11 h 31 min by Sophie K. | Permalink

      Les Pixar sont toujours bien… Même « La Reine des Neiges », chez Disney, est joli (et les chansons pas trop nazes en VO), avec de belles trouvailles visuelles… Rien vu d’autre, sinon. Astérix, je n’avais pas envie. J’en ai marre d’Astérix. :D