Punir les « punisseurs »…

Outre le fait que, depuis des décennies, nos gouvernants se passent de notre avis pour prendre des décisions qui engagent, à plus ou moins longue échéance, rien moins que notre vie (je veux dire en cela notre façon de vivre, nos boulots, et notre santé), il est éprouvant de constater, tous les jours, les mensonges de plus en plus épais (et maladroits) qui recouvrent leurs incohérences. Nous le savons, nous n’avons plus de politique visionnaire et humaniste depuis de Gaulle, ce qui commence à faire un bail. La loi Rothschild, promulguée par Pompidou et Giscard en 1973, a été le premier pas de notre reddition à la finance – dont les abus étaient à l’époque encore un peu contenus, de l’autre côté de l’Atlantique, par le Glass-Steagall Act (supprimé par Clinton en 1999).

Depuis, seul l’intérêt compte, sur tout et sur tous. Comment s’étonner dès lors, de la compétition de chiffonniers acharnés que se livrent, aux dépens de populations soumises à un esclavage de plus en plus vaste, les géants de la finance et les multinationales ? Comment s’étonner que la lutte contre le réchauffement climatique n’en soit qu’à des balbutiements ? Comment s’ahurir que des peuples entiers se jettent dans des guerres fratricides ou se retrouvent irradiés à leur insu ?

En parallèle de tout ce gâchis, il est de plus en plus écœurant de voir, dans un pays comme le nôtre, des gens se faire élire sur des promesses qu’ils ne tiendront pas – quand ils ne trempent pas ensuite dans de lamentables magouilles. On aurait envie de les voir se dresser, parler vrai, expliquer, lutter, là où ils ne font que mentir, se coucher et collaborer au système de façon de plus en plus sournoise. Pour preuve, entre mille, cette histoire de diesel, magnifiquement mise en lumière hier soir par « Cash Investigation » sur France 2. Voilà que ce gouvernement, si vertueux à ses propres dires, s’oppose à Bruxelles sur la pollution de l’air (et sur la pollution en général, ce qui est en train de déliter complètement, tout autour de lui, le mouvement Vert), de même qu’il s’oppose à toute législation sur les lisiers de porcs, responsables de la pollution des eaux et de la prolifération des algues vertes. Soi-disant pour protéger de quelques centimes le portefeuille des pauvres (par ailleurs assommés de taxes) et leur malbouffe imposée, mais surtout pour protéger les lobbies de l’industrie automobile ou ceux de l’agriculture intensive, dirigés depuis des lustres par des incapables et des Jean Foutre. Ainsi, la couardise de ces tartuffes piétine allègrement la santé publique, nous condamnant, à court et à long terme, à creuser un peu plus le déficit de la Sécu en courant soigner nos bronches (ou mourir) dans nos hôpitaux – ces mêmes hôpitaux que l’on va bientôt assécher un peu plus alors qu’ils manquent déjà de matériel, de médecins et d’infirmiers. Peut-on parler là d’une politique visionnaire ? Peut-on considérer ces lâchetés même pas assumées comme provenant d’une politique sociale digne de ce nom ? Pourquoi donc ce gouvernement, qui parlait de se dresser contre la finance mondiale, semble-t-il, au contraire, l’assister un peu plus chaque jour ? Et pourquoi désobéit-il à Bruxelles sur des sujets de santé publique alors qu’il lui obéit au doigt et à l’œil dans d’autres domaines bien plus contestables ?

Je te jure que je voue régulièrement l’Europe aux gémonies pour pas mal de choses, notamment pour son incohérence en matière de libre-échange, de fric et de circulation des personnes. Mais là, j’espère tous les jours que la sanction va enfin tomber. Puisque seul l’argent, désormais, règne sur ce monde, autant y aller avec les amendes que ces foutus gestionnaires à la manque méritent de recevoir sur leurs lamentables tronches lunaires de technocrates irresponsables. Vas-y, Bruxelles, mets leur la pâtée, botte leurs gros culs, fais tomber la sanction, ordonne-leur de payer les millions d’euros de punition promis. C’est peut-être le seul truc qui sauvera nos vies, nous empêchant de crever dans un café « citoyen » non-fumeur sur une « place pour tous » érigée au cœur de tonnes de nanoparticules cancérigènes. Allez, Bruxelles, on t’en supplie, par pitié, dégaine, vise le portefeuille, et tire !

Cet article a été posté dans Grumbleries et taggé , , , . Bookmark the permalink. Follow any comments here with the RSS feed for this post. Both comments and trackbacks are currently closed.

12 Commentaires

  1. Posted 27 septembre 2013 at 0 h 01 min by patrick verroust | Permalink

    Il avance majestueusement
    Le beau paquebot blanc
    Il avance à toutes vapeurs
    Noires ou blanches.
    Il traverse, superbement,
    Les vagues d’ossements
    Blanchâtres
    De l’humanité
    Miséreuse,pouilleuse
    Il trace la route
    Sur les os des
    Noyés de la terre…

    Fragments. PV

    • Posted 27 septembre 2013 at 10 h 08 min by Sophiek | Permalink

      Waouw… Thanks, Patrick.
      J’étais de fort mauvais poil, hier, quand j’ai écrit ce post, hum. Faut dire que la langue de bois et les têtes constipées des élus, en sus de leur inefficacité, me donnent tous les jours envie de distribuer gratosse des camions de baffes. (Je crois que je vais m’acheter des fléchettes.)
      :D

  2. Posted 27 septembre 2013 at 10 h 12 min by Sophiek | Permalink

    Je viens de lire dans le NYTimes que les Brésiliens, pour se foutre de la NSA qui espionne leurs mails, utilisent la tactique dite de « la vache folle » : ils constellent leurs mails de trucs absurdes du genre « ce gars a pris mon coeur en otage et fait exploser fondamentalement mon âme », et n’oublient pas, en PS, de souhaiter une bonne journée aux agents de la NSA. :)

  3. Posted 27 septembre 2013 at 18 h 35 min by Jean-ollivier | Permalink

    juste pour signaler que j’ai réouvert ma boutique, à titre expérimental. En ce moment je traite du poète ghanéen Kofi Awoonor, à peu près inconnu en France, jusqu’à l’annonce de son assassinat par des terroristes à Nairobi, dans un centre commercial.

    • Posted 27 septembre 2013 at 23 h 35 min by Sophiek | Permalink

      Contente de vous relire, je viendrai vous voir ! :)

  4. Posted 28 septembre 2013 at 12 h 03 min by Sophie K. | Permalink

    Enfin ! Je finissais par me dire que les exactions de ces salopards arrangeaient la troïka et l’Europe…
    http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/09/28/grece-le-dirigeant-du-parti-neonazi-aube-doree-a-ete-arrete_3486391_3214.html

  5. Posted 30 septembre 2013 at 21 h 19 min by Zoë Lucider | Permalink

    Pour en rajouter sur la liste des raisons d’alimenter tes camions, mais la baffe devrait être remplacée par le bazooka en l’occurrence.
    newsletter@bastamag.net

    • Posted 30 septembre 2013 at 23 h 54 min by Sophiek | Permalink

      Oh là là, j’ose pas lire, j’ai déjà un convoi de baffes de plus de mille camions…

      Y m’reste des pousse-pousse, note…
      :D

  6. Posted 8 octobre 2013 at 6 h 38 min by Obni | Permalink

    Pour que la démocratie le soit vraiment, pour moi les bonnes idées sont là :

    http://etienne.chouard.free.fr/Europe/tirage_au_sort.php

  7. Posted 8 octobre 2013 at 6 h 39 min by Obni | Permalink

    Mon commentaire est parti dans les limbes…

    • Posted 8 octobre 2013 at 10 h 27 min by Sophie K. | Permalink

      Non, non, le voilà ! :D
      Mille excuses, ce sont toujours les liens qui mettent les commentaires en attente dans les soutes.
      Oui, j’avais lu Chouard. Il rejoint les premières idées de la démocratie grecque… Pour la constitution, il faudrait qu’il soit interdit (comme aux US) de l’amender constamment par les pouvoirs en place, déjà.
      En tout cas, pour le moment, les partis ont kidnappé les électeurs en empêchant un choix réel.