Tag Archives: Boulets et autres casse-couilleries

Déconnectée

Décidément, je ne m’inscrirai pas sur un réseau social. Il est donc probable que je sois, aux yeux de certains, comme l’affirme le bulbe à foutaises de cet article (click), une sorte de psychopathe. En réalité, je ne suis qu’un grand singe femelle, non pas insociable, encore moins asocial, mais solitaire et féru de sa liberté de pensée au point de trouver que tout groupe content de lui-même contient en lui-même – ne serait-ce que par le choix d’un chef ou d’un « maître à penser » – un germe liberticide. Revenir à ces trucs d’ados ayant envie de se faire aimer par tous me gave. Et comme je n’aime pas tout le monde, je ne veux surtout pas que tout le monde m’aime. Pas bien, hein ? Que voulez-vous, on ne se refait pas. À l’âge de quinze ans, je n’avais qu’une seule idée en tête : qu’on me foute la paix. C’était déjà super difficile à mettre en œuvre à une époque sans portable, sans ordinateurs et sans caméras. Aujourd’hui, ça tient du combat quotidien, les intrusions sans qualité dans l’espace de pensée de chacun étant quasiment ininterrompues (click, baby).

Continue reading »

Posted in Grumbleries | 23 Comments