Polar(t)s

Jamais autant lu que ces dernières semaines. Une immense fringale de polars qui m’est tombée dessus en août, ce qui ne m’était pas arrivé depuis un bail. Parmi la vingtaine de titres engloutie, en voilà trois qui m’ont vraiment plu.

« Je suis Pilgrim », de Terry Hayes (Livre de Poche), premier roman d’espionnage dont le style, la construction et l’histoire m’ont absolument enthousiasmée. Le genre de bouquin que tu ne peux pas lâcher et qui te fait le sale coup de te sentir soudain tout seul et tout perdu quand tu l’as terminé, au point que tu ne sais plus quoi lire après, à moins de changer résolument d’univers – ce que je vais faire, je pense. Le pitch ? Au croisement d’une enquête policière sur un meurtre particulièrement tordu, un ex-espion reprend du service afin de mettre la main sur un terroriste solitaire extrêmement dangereux. Humaniste, déroutant, lucide, très bien ficelé.

Juste avant, je plongeais dans « Les Neuf cercles » de James Ellory (Livre de Poche), lu avec avidité sans cesser de penser à la première saison de « True Detective » : années 1970, ambiance dérangeante, héros déglingué luttant contre ses souvenirs, exploration d’âmes mutilées par la guerre, coincées dans un no man’s land intérieur sans horizon. Où quand le bout du tunnel exige la compréhension et l’acceptation du révolu.

Pour ceux qui aiment le détective Dave Robicheaux, James Lee Burke (Rivages/Noir) et son « La Nuit la plus longue » donne une vision aiguë de la catastrophe qui s’est abattue sur La Nouvelle Orléans avec l’ouragan Katrina. En surplomb, l’indifférence hallucinante des autorités centrales du pays, qui finit par laisser penser que certains n’étaient pas mécontents de laisser les populations les plus pauvres disparaître dans les flots, un peu comme on noie une portée de chatons encombrants.

14 réflexions au sujet de « Polar(t)s »

    1. Hello Obni ! Ecoute, c’est un des meilleurs romans d’espionnage que j’ai lus ces dernières années. Il me reste en tête, je repense régulièrement à certains passages, alors que d’habitude, j’oublie très vite. Les derniers romans noirs à m’être restés comme ça étaient « Shutter Island », « Le Silence des Agneaux » ou « L.A. Confidentiel ». C’est pas la même veine, y’a un côté Jason Bourne sans esbroufe. Tu me diras, si tu es d’accord… :)

  1. Quelle chance ! Pas le temps de lire (enfin si un peu et d’ailleurs tout dernièrement un tout petit polar de Jean-Bernard Pouy « La vie payenne »). J’en ai un tas en attente dont certains urgents pour cause de bla bla à construire. La bise .

    1. :) Tu as le temps de rendre visite aux blogs de tes aminches, et ça c’est sympa !
      Moi je suis planquée à travailler comme une dingue aussi, je ne suis ni ici ni sur FB en ce moment, et puis j’ai cette étrange fringale qui fait que je lis à peu près un livre par semaine au minimum depuis trois mois. Bon, c’est pas de la haute littérature, mais bon sang, je retrouve le plaisir de dévorer chaque page comme quand j’étais gosse…

  2. Toujours agréable de lire de tes nouvelles….Tu injectes, avec ton commentaire, un virus auquel il est difficile d’échapper…

    1. Mais tu vois pourquoi je ne suis pas souvent là, hélas. Trop de taf, boulimie de lectures et de découvertes, et quant à la téloche, je suis vissée sur Histoire ou Arte ou la 5 tellement le reste m’ennuie. Je fais le plein d’histoire et d’histoires, quoi. J’espère que tout va pour toi. ;)

  3. Bonjour SophieK,
    Dans cette fringale de livres, ne pas oublier « L’ange gardien » et « Jugan » de Jérôme Leroy.
    Lire tout Jérôme Leroy d’ailleurs :)

    Je vous embrasse Sophie et continuez à lire et travailler, travailler lire. Rien de meilleur :)

    1. Oh, bonjour Michèle, contente de vous lire ! Merci pour la piste Jérôme Leroy, je vais enquêter de ce pas (j’en ai entendu parler, mais pas encore lu)… :)
      Oui, je crois que décidément, un peu de monachisme laïque, travailleur et lecteur fait beaucoup de bien depuis quelque temps. Libération intérieure… :D
      Bien à vous, avec affection.

  4. Le seul que je connaisse dans la liste, c’est James Ellroy (j’ai même un de ses livres dédicacé de sa main et donc avec ses empreintes digitales…).

    Les polars nous emmènent ailleurs, c’est comme la SF aussi.

    J’espère que tu œuvres à tes œuvres avec toujours le même enthousiasme que tu manifestes par ailleurs.

  5. Bises Soph,

    Qu’il te soit donner une 25 ° heure pour faire renaître ce phœnix des cendres où il scintille encore ……Bonne apnée dans le travail avec pause bogosse!!

Les commentaires sont fermés.