15 réflexions au sujet de « Sweet Melodies »

  1. Cornegidouille ! Mon message de tout à l’heure à fait flop !
    Je t’y demandais si tu te présentais à une élection, c’est généralement à cette occasion qu’on fait sa playlist de nos jours !
    Bel écritoire, merci !

  2. Solko : je ne l’ai pas retrouvé, les mystères du web… Sinon, oh non, je te jure que je ne me présente nulle part, hahaha !
    (Pour ton écritoire, je me suis dit que l’élégance des mains de cet Érasme te siérait.. ;)

    1. Rue de la Poulaillerie… trop joli. Pas trop loin de chez moi, j’ai une rue des Pâtures ousqu’il n’y a plus de pâtures, et une rue du Pré aux chevaux, ousqu’il n’y a plus ni pré ni chevaux, ni rien d’ailleurs, à part des pavés modernes sous un éclairage orange triste.
      Sinon, oui, j’en ai entendu parler, de ce musée. Si je vais à Lyon, je le visiterai, tiens. Et j’irai aussi à celui des soyeux, on y voit des merveilles. :)

  3. A Aix-en -Provence, se trouve une rue « esquichocoude »….La désignation des lieux était éloquente, populaire. La langue était parlante.
    Maintenant à Grenoble, par exemple, place Victor Hugo, l’écrivain prolixe se trouve la statue de Berlioz, un génie de la musique, place Saint André,celle de Bayard, le maigre chevalier sans beurre et sans brioche….and sot ouane, toux , street…L’appellation des rues est plus une cacophonie qu’une symphonie;…L’histoire vomit des noms selon l’humeur politique de l’instant sans s’inscrire dans aucune poétique….
    icon_question

    1. C’est sûr. Il existe aussi des rues, ou des places dont on oublierait bien le nom, comme la rue et la place de l’Estrapade, à Paris. Monstrueux, l’estrapade. L’Inquisition adorait, et les protestants, hommes et femmes, l’ont dégustée jusqu’à Louis XIII.

  4. Je ne comprends rien à ce que vous racontez : question d’âge, sans doute. Le seul Koechlin que je connaisse, c’est Charles, le compositeur.
    Mais bon, c’es pas parce qu’on n’a rien à dire qu’il faut … Je vous signale donc que lors de la deuxième guerre mondiale, les rues de Colmar ont été rebaptisées de noms allemands. La rue du Sauvage, la rue-street de Colmar est devenue la rue Adolf Hitler. Ils n’y ont vu que du feu. Papy faisait de la résistance.

    1. Bonsoir Jean-Ollivier ! :) Allons bon. C’est vrai que je raconte souvent n’importe quoi, donc c’est tout à fait normal de ne pas me comprendre, c’est un signe de bonne santé mentale, je pense, hahaha !
      Charles était un arrière grand-oncle ; mais les Koechlin sont aussi nombreux que des lapins de garenne, donc tous les connaître relèverait de l’exploit… :)
      Solko étant parti sur le joli nom d’une rue de Lyon, nous avons embrayé. Pour Colmar je ne savais pas. J’imagine que par la suite, on a rebaptisé la rue « rue de la Libération », ou un truc de ce genre…

Les commentaires sont fermés.